Racheal, pilier de la mission locale "BeautyWaps pour la Scolarisation des Filles" au Kenya

Depuis 2015, BeautyWaps (ancien nom de marque de Déesse Padma) est présent au Kenya avec le projet "BeautyWaps pour la Scolarisation des Filles" dont la mission est de distribuer des kits d'hygiène aux écolières démunies afin qu'elles puissent aller à l'école tous les jours du mois.

Racheal est le pilier de la mission au Kenya depuis le lancement du projet pilote dans l’établissement Destiny School. Suite aux résultats positifs qui ont permis de baisser l'absentéisme des filles, la production de serviettes hygiéniques lavables a été mise en place localement avec le recrutement de Susan, notre couturière.

Notre équipe réalise toute l’année des opérations de distributions de kits contenant des serviettes hygiéniques lavables et un fascicule d'éducation sexuelle. C'est un moment privilégié où les filles peuvent poser des questions et avoir une discussion ouverte autour de l'hygiène menstruelle et de la sexualité. La communauté d'écolières bénéficiaires des kits BeautyWaps compte actuellement plus de 2 000 jeunes filles. 

Rachael nous partage son expérience sur le terrain et les moments forts des opérations de distribution.

 

Rachael, pourquoi as-tu quitté ta carrière dans les biotech pour mener BeautyWaps pour la Scolarisation des Filles ?

Je suis effectivement diplômée en biotechnologies mais j'ai décidé de suivre ma vocation. Cela me rend plus heureuse, je me sens accomplie par mon travail.

 

Comment choisis-tu les écoles bénéficiaires ?

Lorsque nous avons démarré les distributions, nous sommes allées dans des écoles que je connaissais pour y avoir mené auparavant d'autres projets humanitaires. Ensuite, c'est le bouche à oreille qui opère car il y a un besoin généralisé en serviettes hygiéniques parmi les écolières. Les membres du personnel des écoles où nous organisons des distributions nous recommandent d'autres établissements qu'ils connaissent, ou encore des amis me parlent d'établissements scolaires dans lesquels une distribution de kits d'hygiène aurait un grand impact. Je procède ensuite aux vérifications nécessaires et si possible je fais une visite sur place, puis j'entreprends l'organisation de la distribution.

 

Peux-tu nous raconter une aventure de distribution qui t'a marquée ?

La distribution de Samburu que nous avons réalisée dans trois écoles : Logorate, Longewan et Amaiya.

 

Samburu est une région rude où les familles pratiquent encore l'élevage nomade de vaches, chèvres et moutons. Les hommes se déplacent à la recherche de pâturages et les femmes restent à la maison pour s'occuper de la famille.

La région de Samburu. Crédit photo : Google images

À Amaiya, il avait tellement plut que les routes étaient impraticables. Nous avons été contraints de marcher une dizaine de kilomètres sur des chemins rocailleux pour accéder à l'école. Il y avait une absence totale de magasins et de centre de santé. A quelques kilomètres de l'école, nous sommes passés par une rivière en crue et les alentours étaient inondés. C'est grâce aux locaux, qui nous ont montré où il était encore possible de passer, que nous avons pu arriver à l'école et faire la distribution des kits.

 

Il se trouve que la plupart des écolières doivent faire un chemin similaire tous les jours, même pendant la saison des pluies. Mais lorsque les conditions sont trop dangereuses elles restent à la maison. Sans magasins ni accès aux fournitures hygiéniques de base, elles n'ont évidemment pas accès aux protections périodiques, sauf lorsque, occasionnellement, une donation sporadique est faite. Nos kits d'hygiène avec les serviettes hygiéniques lavables sont donc reçus comme un véritable soulagement : une préoccupation majeure et récurrente en moins pour les filles!

 

Cette distribution m'a fait sentir pourquoi je mène ce projet et pourquoi il faut le poursuivre : afin qu'aucune fille ne rate l'école à cause de ses règles, alors qu'elle a déjà tant d'autres obstacles.

 

Depuis 5 ans que tu travailles pour le projet, est-ce que tu peux voir un changement sur le terrain, parmi les femmes qui ont reçus des kits ?

Oui ! Premièrement, les serviettes hygiéniques lavables sont devenues plus populaires depuis que les femmes ont constaté qu'elles sont sûres et confortables : ce sont les propriétés des serviettes qui compte le plus pour les femmes. Et surtout, si on prend l'exemple de la première école où nous avons distribué des serviettes, l'école Destiny, le personnel constate une meilleure présence des filles. C'est bien la preuve que nos actions marchent!

Pour soutenir le projet FAITES UN DON !

Lors de la distribution de kits d'hygiène à Kithangaini school dans le Machakos County au Kenya

Commentaires

Laissez votre commentaire